05 octobre 2008

Je pose un pas toujours plus lent dans le sentier des signes qu'un seul froissement de feuilles effarouche. J'apprivoise les plus furtives présences. Je ne parle plus, je n'interroge plus, j'écoute. Qui connaît sa vraie voix? Les oiseaux du matin tissent et trouent à coups de bec une mince toile de musique. Un roitelet me suit dans la paix. Qu'importe si la prison du temps sur moi s'est refermée? Je sais que tu ne m'appelleras plus. Mais tu as choisi tes messagers. L'oiseau perdu, la plus tremblante étoile, le papillon des... [Lire la suite]
Posté par hurluberlu à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2008

Hors du temps, soustrait (imaginons-nous) au caprice de la lumière, de la saison, de notre individu momentané, quelque chose existe qui s'est une fois pour toutes incorporé au paysage et à nous-mêmes, un bonheur né d'une rencontre et que nous retrouverons si cette rencontre se renouvelle. Gustave RoudPetit traité de la marche en plaine
Posté par hurluberlu à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2008

Bonheur est un de ces mots étoiles qui s'évanouissent sous un regard trop fixe, mais dont un glissant coup d'oeil saisit l'étincelante présence. Gustave Roud
Posté par hurluberlu à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2008

Photo: Reno Les cerisiers fleuris, blanc sur argent; joie tendre d'être seul avec mes pensées, mes sommeils, mes rêves au coeur d'un beau pays d'avril vert rose noir jaune et bleu, sous un ciel de mouvants nuages. De hautes averses blanchissent l'horizon, le soleil éclate et brûle en silence ma nuque. Un cerisier s'allume, s'éteint. Gustave RoudFeuillets
Posté par hurluberlu à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2008

Point de vue

Photo: Reno Pour retraverser tant d'années, il suffit parfois d'une colline à redescendre: sitôt la rivière atteinte, votre pas d'homme a disparu; un pied d'adolescent casse les roseaux secs, froisse les poésies, les feuilles mortes et redessine au sable de la rive la même empreinte jadis noyée par les grandes eaux. Quelques larmes de moins, le sentiment plus aigu d'une ignorance illimitée, les désordres du sang domptés ou mués en puissance continue - tout cela n'est que nuances et n'introduit pas de différence profonde... [Lire la suite]
Posté par hurluberlu à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]