27 juin 2008

Paroles du scribe - 1/3

"On passe, dans nos vies, de la naissance d'en bas à celle d'en haut."

"La joie est l'expression de la suprême liberté dans la relation à la Source."

"C'est dans le silence et la solitude qu'on pressent la plénitude de la relation vitale."

"C'est quand je m'en tiens aux petites choses, que les grandes me sont révélées."

"L'essentiel ne peut se rencontrer que du côté de l'intime. Jamais au-dehors. Ainsi le mystique sera-t-il toujours plus près de la Source que le scientifique préoccupé par le tissu de l'univers."

"C'est d'un pas paisible qu'il faut s'avancer sur le chemin de la nuit."

"La tâche suprême dans l'État de Poésie - pour moi du moins - est de contribuer à rendre Dieu présent au sein d'un monde qui l'ignore plus qu'il ne le conteste. Bref, renouer la relation. La vivifier."

"Tu écris dans le désert, dans la nuit et dans le vent. Ne t'inquiète pas. Continue."

"L'évidence se passe de mots, dans la mesure précisément où elle est clarté dans le mystère et, dans le silence, mystère dans la clarté."

"On ne peut distribuer son coeur. On ne peut, chaque fois, que le donner."

"Oui, regarder cette lumière. L'accueillir en silence. A travers laquelle s'ouvre en nous le chemin de la Source. Nul commentaire à cela qu'on ne peut que vivre."

"L'exemple même, chez le Christ, du ressourcement: Le matin, bien avant le jour, il se leva, sortit et s'en alla dans un lieu désert, et là il priait."

"Les moments les plus précieux sont ceux où, inspirés par la Source, nous disons aux hommes ce qu'ils ont besoin d'entendre."

"C'est quand je ne vois personne, que tous m'habitent."

"Seul le silence, entre les mots, peut dire ce que les mots eux-mêmes ne sauraient dire. C'est notre vécu, à travers lui, qui parle."

"La rosée du matin, c'est comme les larmes de joie de la Création!"

"Tout bêtement, dans la vie ordinaire, il faut qu'une porte soit ouverte pour qu'on puisse entrer. De même avec notre maison intime. Si on peut dire. Il faut que la porte soit ouverte pour que l'autre ou le Grand Autre puisse entrer. Correspondances souvent entre vie quotidienne et vie intérieure."

"Il y a dans le chant des oiseaux ou dans n'importe quelle manifestation dite naturelle quelque chose de mystérieux et comme d'antécédent à elle. Cela qui n'est pas elle, mais qui lui permet d'être. L'invisible énergie fondatrice de toutes choses. Et qui a comme la douce plénitude de l'amour."

"C'est par le silence que parle en nous le Verbe. Et non par notre langage à nous. Le Verbe en effet, comme le poème, est d'avant les mots."

"Ai remarqué à plusieurs reprises que plus on descend dans l'intériorité, autrement dit, plus on est en relation avec l'invisible, avec la Source, au coeur de l'invisible, plus on est amoureusement attentif, si j'ose dire, aux moindres pépites de la réalité extérieure."

"La calomnie divise et le louange unifie."

"A l'océan de misère en ce monde il faudrait répondre par un océan de prières. On est loin du compte."

"Vivre vraiment, c'est être lumineux."

"Nier Dieu la Source, c'est tarir l'homme ruisseau."

"Votre gloire est dans le silence."

"Que de marche dans le désert, jour à jour, pour trouver enfin une oasis."

"Le vacarme contemporain est fait pour masquer le vide intérieur."

"Que faire devant cet état de choses, ce déplorable aveuglement? Rien. Sinon rester de plus en plus fidèle au Christ et à ce refus de toute puissance qui est le signe du véritable amour."

"C'est avec une douceur inaltérable qu'il faut résister au Mal. Une douceur plus forte, en réalité, et ferme que la violence."


Georges Haldas
PAROLES DU SCRIBE

Posté par hurluberlu à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Paroles du scribe - 1/3

Nouveau commentaire